Articles : 2007

Un article de IE-Lobbying.info.

Jump to: navigation, search

Ci-dessous, des articles publiés dans le Blog IE-Lobbying en 2007.

Sommaire

2007

2007-05-16 : Quand les cabinets de lobbying prépare l'après-Chirac

Deux dates majeurs :

  • 6 mai 2007, Nicolas Sarkosy est élu Président de la République
  • 17 juin 2007, Renouvellement de l'Assemblée nationale

Ces deux dates majeurs ont un impact majeur sur la vie politique française, mais aussi pour les cabinets de lobbying qui doivent aussi opérer un travail de renouvelement de leur réseaux d'influence aux plus haut niveaux (administratif et législatif). C'est dire qu'un travail de veille et de cartographie se prépare en perspective.

Voir par exemple le cabinet de lobbying Séance Publique, qui anticipe déjà les législatives et propose calendrier politique prévisionnel 2007-2008, ou de même DTM Conseil, qui vient de débaucher Robert Pandraud, proche de Jacques Chirac, dont il a dirigé le cabinet à la Mairie de Paris, mais aussi de Claude Guéant, comme nous le révèle un article de Capital, et enfin, de manière plus éloquente, Jacques de Tournemire, conseiller jusque-là de Dominique de Villepin à Matignon pour "les comptes sociaux, les retraites et la fonction publique", qui va rejoindre le groupe pharmaceutique Pfizer au poste de directeur des affaires publiques à Bruxelles, chargé de son lobbying auprès de la Commission Européenne.

De même, alors que les cabinets de lobbying prépare l'après-Chirac, déjà les assistants parlementaires, dont les députés ne sont pas sûr d'être réélus, recherchent déjà une échapatoire, une reconversion dans le lobbying.

Et finalement, que dire de Jacques Chirac, notre ancien Président de la République, qui va passer une partie de l'été à mettre en route sa fondation. Dans son nouveau bureau, qui sera tout près de l'Assemblée nationale, entouré de diplomates et de juristes, il va en rédiger les statuts qu'il espère déposer en octobre, si l'on s'en réfère à un article de RTL

"Comme Bill Clinton, ou Mickaël Gorbatchev, il souhaite utiliser sa renommée et son carnet d'adresse pour défendre des grandes causes. Jacques Chirac devrait donc continuer à voyager. On le verra dans des conférences internationales, des réunions de bienfaisances..."


DTM Conseil

  Proche de Jacques Chirac, dont il a dirigé le cabinet à la Mairie de Paris, mais aussi de Claude     
  Guéant, le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, Robert Pandraud se lance, à 78 ans, dans le 
  lobbying institutionnel.
  Aujourd'hui député UMP de Seine-Saint Denis, l'ancien ministre délégué à la sécurité du deuxième   
  gouvernement Chirac, de 1986 à 1988, vient en effet de rejoindre DTM-Conseil, un cabinet fondé en    
  2005 par Dominique Mallemanche, une énarque de 50 ans qui travaillait auparavant à la direction 
  de Thales International.
  En plus de ses activités de lobbying fiscal, notamment dans le cadre de la préparation de la loi 
  de Finance 2008, DTM-Conseil va s'occuper également, avec l'arrivée de Robert Pandraud, de nouer 
  des contacts, pour le compte d'entreprises, avec les nouveaux décideurs "issus des urnes ou 
  nommés" après l'élection présidentielle et les législatives de 2007. Parmi ses clients actuels 
  figurent d'ores et déjà d'importantes PME, des assureurs comme l'Afer. Ou même des groupes comme 
  Thales (HO) et LVMH (MC). 

Séance Publique


2007-05-26 : Hit parade des députés sortants

Hélène Constanty et et Vincent Nouzille, journaliste et auteur du livre-enquête Députés sous influences (Fayard), publie le palmarès des député sortants. Etabli essentiellement à partir de sources ouvertes, le site de l'Assemblée nationale en l'occurrence, il attribue les palmes d'or aux sélus selon le nombre d’interventions en séance, de questions écrites, d’amendements déposés.

"Même s’ils ne reflètent pas toutes les activités des députés, ces indicateurs quantitatifs ont, au moins, le mérite d’exister. Nos décomptes s’étaient arrêtés à la mi-2006 pour des raisons de bouclage de l’ouvrage. Les données de la dernière session 2006-2007 de la législature, qui s’est achevée ces dernières semaines, n’y étaient pas intégrées".

"Pour certains, le rôle a tenu au minimalisme bergmanien. Ainsi, les six phrases lâchées en cinq ans dans l’hémicycle par l’éminent Jean de Gaulle, élu UMP de Paris, que voici intégralement : « Très bien ! Très bien ! Absolument ! À juste titre ! Ce n’est pas sérieux ! Arrêtez votre cinéma ! » Jean de Gaulle est, d’ailleurs, pris au mot, puisqu’il n’a pas été réinvesti pour les prochaines législatives par son parti, malgré ses évidentes qualités de concision…"

Source : Les Palmes d'or des députés, Backchiche


La palme d’or du député porte-voix

Les critères sont évidemment plus subjectifs en matière d’influence. Mais des élus revendiquent presque ouvertement des liens avec certaines professions et corporations. L’un des plus spectaculaires est Paul-Henri Cugnenc, député UMP de l’Hérault. Ce médecin tonitruant est chef du service de chirurgie digestive à l’Hôpital Georges-Pompidou à Paris. À ce titre, il relaie sans complexe les revendications des chirurgiens de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Par ailleurs, lui-même viticulteur à Thézan-les-Béziers, dans l’Hérault, il défend mordicus la filière viticole, quitte à vanter publiquement les mérites sanitaires du vin ! D’autres députés ont assuré la promotion de quelques lobbies, comme Jean-Claude Lenoir (UMP, Manche) la fée EDF, Christian Philip (UMP, Rhône) la filière transport, Marc Le Fur (UMP, Côtes d’Armor) l’industrie agro-alimentaire, Thierry Mariani (UMP, Vaucluse) les cafetiers-hôteliers. Un rude métier !

Source : Les Palmes d'or des députés, Backchiche

2007-06-01 : IE-Lobbying.info fête son premier mois ! Bilan et perspectives de développement

Il y a tout juste un mois, est lancé IE-Lobbying.info, le premier [Portail collaboratif de l'intelligence économique et du lobbying]. L'objectif affiché est de "capitaliser la connaissance de manière open-source dans ces domaines liés". IE-Lobbying.info compte déjà douze projets et une communauté de sept membres actifs. Il ne cesse de se développer et sa communauté s'élargit au fur et à mesure de l'intérêt qu'il suscite. La force de ce wiki est alors sa nature interactive et dynamique, rendu possible grâce au travail collaboratif.

En outre, le lancement du Portail a recueilli de bon échos dans la blogosphère IE (Outils froids, Innis, L'oeil sur le Net)et la presse (Veillemag, Regards sur l'IE (n°20)).

Parmis les projets qui suscite le plus d'intérêts (établis sur le nombres de pages visités), on compte notamment les trois suivants :

Par ailleurs, avis à tous ceux qui cherchent un emploi dans le lobbying ou aux employeurs qui veulent faire figurer leurs cabinets de lobbying, puisqu'IE-Lobbying.info inaugure le premier annuaire open-source des cabinets de lobbying à Paris et à Bruxelles.

En ce qui concerne, les perspectives d'évolutions, citons notamment à court terme le développement de partenariats stratégiques et la réalisation d'interviews de personnalités liées aux domaines de l'intelligence économique et du lobbying, et à long terme la seconde édition de la cartographie des blogs en intelligence économique et du classement des formations européennes au lobbying.

En somme, il reste du pain sur la planche !

2007-06-03 : Cartographie des blogs d'intelligence économique version 2.0

Luc Quoniam enseigne actuellement à l'Université du Sud Toulon-Var. Par ailleurs, il est professeur visitant de la Faculté d'Economie et d'Administration (FEA) de l'Université de Sao Paulo (USP) et s'intéresse également à l'intelligence économique. Début juin 2007, il revisite la cartographie originale avec des résultats suprenant. Alors que la cartographie originale réalisée par mes soins en octobre 2006 à partir du logiciel Analyst Notebook offrait une représentation statique de l'ensemble des blogs les plus influents de la blogosphère IE, l'analyse cartographique proposée par Luc Quoniam gagne beaucoup en visibilité grace à une représentation hyper-graphique, permettant de naviguer pleinement au sein de la cartographie et de mieux cerner le positionnement d'un blog. Pour ce faire, Luc Quoniam expliqu'il a utilisé la matrice originale (fichier Excel) qu'il a petit à petit converti en fichier XML compatible. Chapeau bas !

2007-07-29 : Veille et lobbying

Comment opérer une veille législative efficace ? Comment trouver de manière simple et gratuite l'information pertinente ? Quels sont les journaux et magazines immanquables ?

Voici un classement des principales sources d'informations en termes de gratuité et d'accessibilité.

  • Premièrement, les sites Web institutionnels.
    • Assemblee-nationale.fr, Senat.fr, Journal-officiel.fr, etc.
    • Informations officiels, gratuites et très pertinentes
  • Secondairement, les journaux généralistes, portails politiques et agences de presse gratuites.
    • Euractiv.com (Europe), Ft.com (Europe), Lemonde.fr (France), Netpolitique.net (France), etc.
    • Informations gratuites et pertinentes
  • Troisièmement, les sites Web activistes.
    • Blogs politiques (chaque député possède désormais son propre blog), etc.
    • Informations gratuites à prendre avec du recul
  • Quatrièmement, les journaux et magazines politiques
    • Professions politiques (rubrique dédiée "Lobbying")
    • Informations payantes et ciblées de manière pertinentes
  • Cinquièmement, les bulletins spécialisés et publications généralement réservées aux initiés
    • Le Bulletin Quotidien Européen (national), Le Bulletin Quotidien (national), La lettre du cadre territorial (local), Le Journal des Maires (local)
    • Informations payantes (très cher), souvent très ciblées et très pertinentes dans leur domaine

Cette liste généraliste est à relativiser, car avant d'être un bon veilleur, le lobbyiste est toujours spécialisé dans un secteur particulier, il cible donc sa veille sur un domaine d'activité particulier (finance, santé, etc.). Par ailleurs, il est surtout une personne capable d'animer un réseau d'experts, réseau dont il tire ses principales informations.

2007-09-04 : Focus sur les think tanks, ces "lobbies de la pensée"

  • Stéphane Desselas, Un lobbying professionnel à visage découvert

P. 116

 Les think tanks sont des éléments constitutifs du débat européen qu’ils cherchent à influencer en formulant des recommandations 
 politiques à destination des décideurs européens. Ils se distinguent des clubs ou des cercles de réflexion qui ne visent qu’à 
 informer leurs membres, les mettre en contact avec les décideurs et offrir un lieu de networking. Un véritable think tank   
 doit produire des expertises indépendantes réalisées par ses propres chercheurs, à destination des décideurs publics et doit être  
 en capacité d’influencer très en amont le processus décisionnel par le fruit de ses recommandations.
 Les think tanks sont présents en amont des dossiers et entendent peser sur le cours de la politique européenne en formulant des 
 recommandations. En effet, ils cherchent moins à influencer les orientations communautaires sur un dossier sectoriel ou technique 
 qu’à lancer de nouvelles pistes de débats, ourir de nouveaux chantiers et offrir de nouvelles perspectives pour les institutions. 
 Les think tanks bénéficient d’un capital d’écoute important auprès des institutions européennes notamment en raison de leur 
 indépendance revendiquée de pensée, en particulier vis-à-vis des lobbyistes bruxellois. Le lobbyiste ne doit donc pas appréhender 
 sa relation avec les think tanks comme un moyen d’exercer un lobbying sur un texte communautaire précis mais plutôt comme un   
 moyen de peser en amont sur les orientations générales des institutions.
 Think tanks : leviers en termes d’influence des politiques publiques, « ils ont pour ambition de rassembler des intérêts 
 d’horizons divers pour mener une réflexion collective afin de dégager des orientations politiques réalistes ».
 Consacrer du temps aux think tanks exige de penser s amission de lobbying comme une activité visant à faire avancer le 
 débat européen, dans un sens qui prenne en compte la réalité de tous les intérêts, y compris celui que l’on représente.

  • L'observatoire français des think tanks
    • Aujourd’hui, les acteurs issus de la société civile excellent dans l’art de se construire des alliances et des réseaux, et maîtrisent les techniques modernes de communication. Ils deviennent de véritables pôles d’influence au sein d’un espace public et d’une démocratie en mutation. Si la presse est le quatrième pouvoir, l’opinion le cinquième, la société de la connaissance et l’évolution de notre système politique semblent en dessiner un sixième : les think tanks. Oscillant entre image et expertise, entre forme et fond, ils ont développé des moyens efficaces et innovants pour sensibiliser et convaincre leur audience, qu’elle soit institutionnelle, politique ou citoyenne. La production, la détention et la diffusion de connaissances leur accordent une légitimité de plus en plus médiatisée dans le processus décisionnel des politiques publiques.
  • Confrontations Europe, un "lobby d'intérêt général"
    • Présente et active à Bruxelles, Confrontations Europe est une interface entre son réseau de citoyens et d’acteurs et les institutions communautaires : association tournée vers la société, elle anime également un travail d’alerte auprès de ses partenaires et de lobby auprès des institutions communautaires.

2007-09-24 : Lobbies, conspirationnisme et théorie du complot

Introduction

En réaction à un récent article publié sur Agoravox, "Le Bilderberg, lobby le plus puissant du monde ?", qui fait la part belle au conspirationnisme et autre théorie du complot, il s'agit ici de "démythifier" la notion de lobby.

Définition et positionnement du problème

On qualifie couramment de théorie du complot la croyance en une manipulation généralisée organisé par un groupement d'autant plus puissant qu'il agirait discrètement. Ce groupe secret serait typiquement minoritaire, élitiste et utiliserait des moyens politiques, financiers, militaires, psychologiques et scientifiques afin d'asseoir sa domination. Discrétion du mode d'action, évolution dans les sphères privées du pouvoir, etc., tout contribue aussi à alimenter la réputation sulfureuses des lobbies, ces groupuscules de l'ombre acoquinés au pouvoir surestimé. Citons notamment les fédérations, syndicats, ONG, fondations, think tanks et surtout les clubs très élitistes où se croisent puissants industriels, politiques et intellectuels (voir notamment  : (Paris Lobbies - Cartographie des acteurs parisiens de l'influence). On entend ainsi souvent parler, à titre d'exemples, du "lobby juif", du "lobby des industriels" ("lobby du pétrole", "lobby des agriculteurs", etc). Ces dénominations péjoratives semblent supposer implicitement que de tels groupements, au fonctionnement occulte, tireraient les ficelles de la vie politique, économique, à la manière d'un deus ex machina. Dans l'imaginaire collectif, entre la « World Company » des Guignols, l'Opus Dei de Dan Brown, ou encore le "lobby sioniste" d'un Dieudonné, le terme de lobby, hautement péjoratif, n'a donc pas bonne presse Comme il est souligné sur le Blog Capharnaum, « Lobby » génère le soupçon, la présomption de culpabilité immédiate ; « il n’y a pas de fumée sans feu » ; diabolisé, il fait la lie du discours anticapitaliste, antiaméricain et antijuif premier degré".

Explications

Outre le fait que le lobbying soit discrédité dans l'imaginaire républicain français, dont la vision jacobine et unitaire de la Nation exclue toutes corporations et autres organes de médiation visant la représentation des intérêts particuliers dans l'arène publique des débats, il semble aussi que cette association entre lobbies et théorie du complot trouvent un soubassement psychologiques et sociologique.

  • Psychologique, car la théorie du complot résulte naturellement du besoin humain de comprendre, d'un travail constant d'interprétation culminant parfois dans une explication délirante de type mythique. Le conspirationnisme est d'ailleurs un symptôme courant, dans certaines pathologies mentales, et notamment la paranoïa.
  • Sociologique, car l'identification d'un bouc émissaire, et envers et contre lequel se définir, est une besoin typiquement social si l'on s'en réfère aux travaux de René Girard. Historiquement, citons les lépreux, juifs, et autres protocles des sages de Sion.

Ouvertures

D'un point de vue épistémologique cependant, la théorie du complot ne peut être absolument parlant réfuté. Expression de type métaphysique à l'argumentation non-réfutable et autojustifiante (Karl Popper), elle s'enferme dans un débat sophistique sans issue possible. Il n'y a pas de doute cependant à dire que la démocratie ne gagne en rien à laisser plâner ce genre de doutes, le lobbying n'étant qu'une alternative légitime au déclin des mécanismes traditionnelles de représentation, à savoir les partis politiques.


Lien interne

  • Articles actuellement en préparation.

Lien externe