Intelligence économique

Un article de IE-Lobbying.info.

Jump to: navigation, search

Sommaire

Définition générale

L'intelligence économique peut être définie comme l'activité de recherche, de traitement et de diffusion de l'information.

Intelligence économique et notion de réseau

Elle est indissociable de la notion de réseau, tant au point de vue de la recherche de l'information, qui implique la mobilisation d'un réseau, que du traitement de l'information, qui généralement fait appel à la représentation cartographique, que finalement de la diffusion de l'information, qui dans une logique d'influence, nécessite la maîtrise des canaux stratégique de l'information.

L'intelligence économique, à la racine de l'"arbre du lobbying"

Sur le modèle de l’ « arbre de la connaissance » de René Descartes, il est possible d’élaborer un "arbre du lobbying". René Descartes écrit effectivement :

Toute la philosophie est comme un arbre, dont les racines font la métaphysique, le tronc est la physique, et les branches qui sortent de ce tronc sont toutes les autres sciences qui se réduisent à trois principales, à savoir la médecine, la mécanique et la morale, j'entends la plus haute et la plus parfaite morale, qui, présupposant une entière connaissance des autres sciences, est le dernier degré de la sagesse. Or comme ce n'est pas des racines, ni du tronc des arbres, qu'on cueille les fruits, mais seulement des extrémités de leurs branches, ainsi la principale utilité de la philosophie dépend de celles de ses parties qu'on ne peut apprendre que les dernières.

Parallèlement, l’activité de lobbying pourrait être définie analogiquement comme un arbre dont les racines sont la veille et l’intelligence économique, l'analyse stratégique le tronc et les multiples branches, les relations publiques et affaires publiques. Cette compréhension finaliste du lobbying démontre ici les connexions nécessaires entre deux activités pourtant clairement séparées dans le jargon de la profession : l’intelligence économique et le lobbying. En effet, si l’on conçoit l’activité de lobbying comme processus, il recoupe nécessairement ces quatre activités dans l’ordre suivant…

L'intelligence économique à Bruxelles

L’intelligence économique constitue en effet un outil stratégique majeur dont le lobbying apparaît être le prolongement authentique. C’est dire que Bruxelles ne constitue pas seulement la place forte du lobbying européen, mais ouvre un marché en perspective aux consultants en intelligence économique, comme l'explique Daniel Guéguen :

Une mission d'intelligence économique réussie à Bruxelles constitue pour l’entreprise cliente un outil stratégique majeur entraînant réorientations stratégiques, réorganisations industrielles, redéfinitions du département public affairs, renforcement du pôle affaires publiques.

Voici donc la définition que donne un lobbyiste de l’intelligence économique :

La capacité d'obtenir des informations non publiques et de les analyser pour offrir (à l'entreprise, à l'association, au client), un avantage stratégique en termes d'anticipation, d'organisation, d'implantation, d'action, d'influence et d'aide à la décision.

Certes, cette définition peut sembler restrictive en ce qu’elle se focalise sur les sources d’information non-ouvertes (« non-publique »), alors que l’intelligence économique traite traditionnellement des sources ouvertes comme des sources fermées. Mais l’auteur s’empresse de préciser le catalogue des informations susceptibles d'être obtenues à Bruxelles via l'intelligence économique apparaît capital en termes anticipation, d’intuition du processus législatif :

  • Compte-rendu des Groupes d'experts du Conseil des Ministres
  • Ordre du jour, liste des participants et compte-rendu des Groupes comitologie
  • Obtention avant publication des projets législatifs et règlements communautaires

Daniel Guéguen rappelle aussi une différence fondamentale entre le lobbying à la française et la situation à Bruxelles :

Les réseaux à Bruxelles sont largement individuels, intuitu personae. Les réseaux à la française d'anciens élèves de l'Ecole nationale d'administration ou de Chevalier de la Légion d'Honneur n'ont ici aucun cours. L'appartenance politique, les clivages droite-gauche interviennent également peu dans la capacité de s'informer. Le vrai réseau bruxellois repose sur la reconnaissance mutuelle de compétences. Expérience, ancienneté, discrétion sont ici des mots-clés.

Mais pourquoi est-il facile d'obtenir de l'information à Bruxelles ? Plusieurs raisons sont invoquées, tel que notamment le fait que le processus législatif soit transparent, mais surtout du fait de la proximité informateur et informé.

Au moins 75%, des acteurs (fonctionnaires, élus, lobbyiste et journalistes) sont des deux côtés de la barrière, estime Daniel Guéguen, ils sont à la fois émetteurs et récepteurs d'information. Cette situation exceptionnelle tient au fait que les milieux socioprofessionnels et les ONG sont très associés au processus législatif : dès lors, l'échange d'informations entre décideurs et lobbyistes constitue une pratique naturelle.

Ressources

Liens internes

  • Ressources sur les thèmes de l'intelligence économique et du lobbying (sites web et bibliographie)
  • Cartographie des blogs d'intelligence économique

Liens externes

Article

Documents téléchargeables