Interview de Véronique Queffélec

Un article de IE-Lobbying.info.

Jump to: navigation, search

Ceci est le modèle préparatoire à l'interview de Véronique Queffélec.

Sommaire

Vous

Vous êtes une personnalité du lobbying à double titre. A la fois théoricienne et praticienne du lobbying, vous êtes notamment à l'origine en 1993 de la création du cabinet de lobbying (Euromédiations), et vous êtes régulièrement invitées à des conférences et colloques afin de faire part de votre expérience.

  • Quel est votre parcours universitaire ? En quoi vous prédestinait-il à la pratique du lobbying ?
  • Vous avez déclarée dans un entretien au Journal du Net qu'il y a certaines causes que vous ne pourriez pas défendre ? Est-ce qu'un bon lobbyiste ne doit pas être apolitique / amoral ?

Votre profession

Officiant principalement en France, au travers de votre cabinet Euromédiations, vous avez récemment pris l'initiative d'investir le marché indien.

  • Comment décririez-vous l'état actuel du marché du lobbying à Paris (offre / demande) ?
  • Concernant la pratique du lobbying ? Sans pour autant nous dévoiler votre méthodologie, quelle est l'originalité de la pratique du lobbying au sein de votre cabinet, Euromédiations ?
  • Selon votre expérience personnelle, la pratique du lobbying est-elle dépendante de spécificités culturelles ? Quelles sont les principales différences entre la pratique française et la pratique indienne du lobbying ?
  • Parmi vos partenaires professionnels, on compte notamment le groupe Clan Public Affairs au niveau européen, et dont Daniel Guéguen est le fondateur et dirigeant. Dans un précédent entretien, ce dernier pose de nombreuses différences entre la pratique bruxelloise et parisienne du lobbying ? Faites-vous également une différence ? Euromédiations, votre cabinet de lobbying , se positionne-t-il également sur le marché européen, à Bruxelles ?

Ouvertures (options)

  • Y a-t-il un risque qu'un scandale Abramoff éclate à Paris ou à Bruxelles ? Dans quelles mesure la pratique du lobbying est-elle actuellement régulé en France ?
  • Existe-il une pratique éthique du lobbying ? Dans quelle mesure le lobbyisme peut-il être un "humanisme" pour pasticher une conférence célèbre de Jean-Paul Sartre ? En quoi les lobbies sont-ils des instruments essentiels à la démocratie ?
  • Que pensez-vous de l'"initiative française en matière de transparence" initiée par les députés Patrick Beaudouin et d'Arlette Grosskost ? Le lobbying doit-il être encadré et quelles peuvent être les modalités de cette régulation ? Faut-il privilégier l'autorégulation (codes de déontologie) ou le strict encadrement (avec un commissaire au lobbyisme comme au Canada)?

Lien interne

Liens externes

 Jusqu'où peut aller un lobbyiste pour parvenir à ses fins ? Franchit-il parfois certaines limites morales ou légales ?
 Pour ma part, je suis sans états d'âme lorsque je mets en place une stratégie d'influence. Tout est bon pour influencer le pouvoir   
 politique. Ma seule limite, c'est la législation française. Je suis très respectueux des lois en vigueur, car sinon je ne durerais 
 pas longtemps dans ce métier. Cependant, il y a encore des lobbyistes qui franchissent la ligne jaune et qui pratiquent la 
 corruption. Heureusement, ils sont extrêmement rares en France, mais encore très présents dans certaines négociations 
 internationales.
 Xavier Delacroix, président d'une association regroupant des lobbyistes, l'AFCAP (Association française des conseils en affaires 
 publiques), explique qu'il faut aller "au-delà d'un simple code de bonne conduite", proposé notamment par l'AFCL (Association   
 française des conseils en lobbying). "Le silence encourage la confusion des genres. Une réglementation ne pourra qu'encourager des 
 pratiques plus professionnelles", ajoute-t-il.