Profiling

Un article de IE-Lobbying.info.

Jump to: navigation, search

Définition générale

Le profiling, aussi appelé « Offender profiling » ou « psychological profiling » aux États-Unis, et « Analyse comportementale » ou « profilage psychologique » en France...

Le profiling est une méthode permettant à des enquêteurs de déterminer le profil psychologique d'un criminel. En criminologie moderne, on considère en général qu'elle est la troisième étape des investigations policières : la première étant l'analyse d'indices, voie ouverte par Scotland Yard au XIXe siècle, et la seconde l'étude du crime en lui-même. Cette troisième étape revient à étudier la psyché censément anormale du criminel.

On distingue le profiling de l'« analyse criminelle » : le premier consiste à déterminer un profil psychologique d'après les éléments en évidence dans les délits commis, et est généralement pratiqué par des psychologues ou des psychiatres, qui font donc ici fonction de « profiler » ou « analyste comportemental ». L'analyse criminelle, elle, est une utilisation de l'outil informatique pour aider les enquêteurs (rapprochement de données de fichiers judiciaires, cartographies, etc.)

Le profiling, tel qu'on l'utilise actuellement dans les services de police, est né aux États-Unis, où il fut consacré dans les années 50 : le psychiatre James A. Brussel fut sollicité par les services de police pour les aider à résoudre une série d'attentats à la bombe qui frappèrent notamment les salles de cinéma de New York entre 1940 et 1956. C'est la précision du profil qu'il établit qui permit d'arrêter le criminel.

On fait généralement appel aux profilers pour résoudre les crimes que les méthodes classiques d'investigation ne suffisent pas à élucider ; cela concerne essentiellement les meurtres en série, mais aussi les homicides ou viols difficiles à résoudre.

Profiling et lobbying

Lien externe